Deuxième et dernière saison pour Benjamin Millepied

Ce qui devait être un évènement a été éclipsé par la démission surprise de Benjamin Millepied mais aussi par les brochures reçues par les abonnés en début de semaine. Toutes les soirées étaient donc connues, restait juste à connaître les dates, les détails et les salles où chaque soirée serait donnée. La déception est de taille pour les amateurs de classiques académiques ou romantiques, deux soirées pour les consoler avec la reprise du Lac des cygnes et celle de la Sylphide, une fois encore reléguée en dernier ballet de la saison.
Mais revenons en détail sur ce qui sera la seconde mais aussi dernière saison concoctée par le directeur sortant. Aurélie Dupont devra gérer les distributions de cette saison, complètera-t’elle certaines soirées, remplacera-t’elle d’autres ballets ? Rien n’est moins sûr. On suppose qu’elle se contentera de distribuer les étoiles mises sur la touche  L’attente va être à nouveau longue avant de 
découvrir la première saison concoctée par l’ancienne danseuse étoile, mais revenons-en à cette saison.

ABT – American Ballet Theatre, la Belle au bois dormant revue Alexei Ratmansky.
Cette version se veut conforme à l’original au niveau de la chorégraphie. Et les variations réglées d’après ce qu’il en reste en notation Stepanov (mode de transcription de la chorégraphie) sont redoutables. Cette Belle est aussi au répertoire de la Scala de Milan. Le public parisien pourra découvrir les nouvelles vedettes de la compagnie américaine, de nombreuses étoiles ont fait leurs adieux depuis leur dernière tournée parisienne, et il ne reste plus guère que Gillian Murphy et Herman Cornejo. Ils pourront aussi découvrir la fameuse Misty Copeland qui était séduisante dans les rôles qu’elle avait tenus lors de la dernière tournée.
du 2 au 10 septembre 2016 – Bastille

Gala d’ouverture – Pite (création) / Forsythe (Blake Works) / Défilé
La saison réelle de l’Opéra s’ouvrira par ce qui devait devenir traditionnel, un grand gala destiné à récolter des fonds. Ce fut une des grandes réussites du directeur sortant. L’an dernier, le scandale était venu d’un abandon de la traditionnelle musique de Berlioz (marche des troyens) pour un retour à la musique de Wagner (marche des invités extraite de Tannhauser). Cette année pour ne pas vouloir sans doute créer de scandale avant l’heure, la musique utilisée pour ce défilé n’est pas indiquée. De plus le défilé sera l’objet d’une seconde représentation lors de la première publique du spectacle d’inauguration.
24 septembre 2016

Soirée Seghal (4 Oeuvres – espaces publics) / Peck (In Creases) / Pite (création) / Forsythe (Blake Works)
Ce programme d’ouverture est dans la lignée de ce qu’a fait Benjamin Millepied, des oeuvres qui prennent place dans tout le palais Garnier et pas uniquement dans la salle. Deux chorégraphes inconnus du public parisien cotoieront Justin Peck et William Forsythe. Tino Seghal, artiste anglo-allemand sera en charge du happening  dans l’Opéra et qui se terminera dans la salle. In Creases qui a fait son entrée au répertoire avec succès sera repris. La soirée sera complètée par la reprise de Forsythe Blake Works.  Cette création a divisé notamment quant à la musique de James Blake. Le chorégraphe américain sera de nouveau à l’affiche quelques mois après. Il avait été nommé chorégraphe résident, mais le départ de Benjamin Millepied a mis fin et c’est tant mieux à cette résidence. Crystal Pite, chorégraphe canadienne méconnue fera elle aussi son entrée au répertoire avec une création réglée pour nos danseurs sur une revisite des Quatre saisons de Vivaldi par Max Richter.
du 26 septembre au 09 octobre 2016 – Garnier

Soirée Balanchine (Mozartiana / Violin Concerto / Brahms-Schönberg Quartet)
La soirée sera constituée de deux reprises, celle de Violin Concerto dont la dernière reprise date de mai 2002 et celle de Brahms Schoenberg Quartet qui sera transposé de Bastille à Garnier pour cette soirée. L’entrée au répertoire de ce dernier ballet a été plutôt un succès, et les costumes signés Karl Lagerfeld forment une superbe symphonie de noir et blanc. La soirée sera complètée de Mozartiana que George Balanchine a réglé sur la suite n°2 de Tchaikovsky. Cela fait plaisir de voir une soirée intégrale consacrée à ce génie de la chorégraphie. A noter que les élèves de l’Ecole devraient être très sollicités cette saison, vu qu’ils figureront normalement dans la belle au bois dormant, Mozartiana et le Songe d’une nuit d’été.
du 22 octobre au 15 novembre 2016 – Garnier

Soirée Tudor (The Leaves are Fading) / Millepied (création) – ANNULEE
Benjamin Millepied quitte la direction, mais continue son oeuvre de chorégraphe. Officiellement c’est même pour se consacrer pleinement à la création qu’il a quitté la direction de l’Opéra. Il règlera donc une nouvelle oeuvre pour la compagnie sur des chansons de Barbara. La soirée sera complétée par la reprise de The Leaves are Fading, un ballet abstrait d’Anthony Tudor entré au répertoire il y a 30 ans à l’époque de la direction de Noureev. Le ballet avait remplacé Shadow Play et Continuo lors de la reprise d’une soirée Tudor à l’Opéra Comique. Cette soirée semble courte. Peut-être Aurélie Dupont pourra-t’elle y glisser un petit complément.
du 29 novembre au 31 décembre 2016  – Garnier

Le Lac des cygnes (Noureev-Petipa)
Le seul Noureev de la saison sera la reprise du Lac des cygnes donné en avril 2015, cela fera à peine un an et demi. Soit, le Lac est un incontournable et le ballet attire les foules, mais faudrait-il avoir suffisamment d’Odette-Odile et de Siegfried dignes de ce nom pour tenir les rôles. Lors de l’avant dernière reprise, Emilie Cozette et Karl Paquette avaient sauvé la majorité des représentations, la saison passée, c’était une sujet Héloïse Bourdon qui avait sauvé le Lac avec maestria. Sa proposition digne d’une étoile avait séduit les foules. Elle avait même eu le droit à une standing ovation spontanée, chose incroyable à l’Opéra et qui démontre que le public, qui soit disant n’y connaît rien, sait reconnaître le véritable talent, Emilie Cozette avait été à juste titre écartée des représentations, Aurélie Dupont lui redonnera-t’elle sa chance ? En tout cas, même mal dansé, le ballet fera salle comble.
du 7 au 31 décembre 2016  – Bastille

Semperoper Ballett Dresden – Cie invitée – Impressing the Czar (William Forsythe)
Le ballet de Dresde viendra pendant les vacances de la compagnie présenter Impressing the Czar de William Forsythe. Ce ballet est composé de cinq « sous-ballets » dont le plus célèbre est In the Middle somewhat elevated créé pour les danseurs de l’Opéra de Paris et inclus dans cette soirée. On y trouve le style si personnel au chorégraphe mais qui finit par lasser.
du 4 au 8 janvier 2017 – Garnier

Tree of Codes (Wayne MacGregor)
C’est un projet au long cours qui sera ensuite présenté. Ce ballet est né d’une collaboration entre la compagnie de MacGregor et les danseurs de l’Opéra dont Marie-Agnès Gillot, Jérémie Bélingard et Julien Meyzindi entre autres. Tree of Codes est donc légitimement présenté à l’Opéra de Paris après avoir été présenté avec succès à Manchester. MacGregor est dans la lignée de Forsythe et est régulièrement invité à,l’Opéra de Paris pour qui il a créé déjà un nouveau ballet cette saison.
du 6 au 23 février 2017 – Garnier

Le Songe d’une nuit d’été (George Balanchine)
Une des grandes attentes de la saison sera l’entrée au répertoire du Songe d’une nuit d’été, ballet en deux actes de George Balanchine. Il est composé de deux parties, une première narrative, et une seconde constituée d’un grand divertissement virtuose. Les costumes seront confiés à Christian Lacroix. C’est une des bonnes nouvelles de la saison. Dommage toutefois que le ballet soit donné à Bastille.
du 9 au 29 mars 2017 – Bastille

A Bras-le-Corps (Boris Charmatz / Dimitri Chamblas)
Après les « vingt danseurs pour le 20 siècle » donné l’automne dernier dans le cadre des espaces communs de  l’Opéra Garnier, ce sera un pas de deux « A bras le corps » sur une musique de Paganini qui sera présenté dans la rotonde du glacier
du 16 mars au 2 avril 2017 – Garnier

Ecole de Danse / Gala des Ecoles de Danse – Balanchine, Forsythe, Petipa/Noureev
Ce sont les 40 ans des spectacles de  l’Ecole de danse et pour l’occasion un programme ambitieux sera proposé par les élèves. Divertimento de George Balanchine a déjà été donné par les élèves de l’Ecole en 2006 (dommage que ce ne soit plus jamais la compagnie qui s’illustre dans ce ballet). L’acte trois de Raymonda fera son entrée au répertoire de l’Ecole. Espérons que ça ne sera plus la seule manière de voir ce ballet. Il a été annoncé lors de la dernière reprise de Raymonda, que le ballet ne serait plus donné en intégralité, ce qui serait ridicule Le spectacle sera complété de Vertiginous Thrill of Exactitude, un pas de cinq endiablé sur la musique de Schubert, chorégraphié William Forsythe. Les interrogations sur l’aptitude des jeunes élèves à danser ce ballet commencent à naître, La soirée de l’Ecole sera complétée d’un gala avec la participation des grandes écoles de danse comme lors du Tricentenaire de l’Ecole, il y a trois ans.
du 1 au 4 avril 2017 – Garnier

Soirée Cunningham (Walkaround Time) / Forsythe (Trio et Workwithinwork)
La soirée suivante sera consacrée aux deux chorégraphes américains que sont Cunningham et Forsythe. Ce seront trois entrées au repertoire dont on se passerait volontiers.
du 15 avril au 13 mai 2017 – Garnier

Soirée  Ravel : Balanchine (La Valse) / Robbins (En Sol) / Cherkaoui-Jalet (Boléro)
Retour sur de plus classique avec une soirée consacrée à Ravel avec la reprise de la Valse de Balanchine. Cette oeuvre n’a pas été dansée à l’Opéra depuis près de 40 ans, son entrée au répertoire ne figure même pas dans Memopera. Ce sera aussi le retour d’En Sol de Jerome Robbins et la reprise du Boléro signé Cherkaoui et créé pour la compagnie il y a trois ans.
du 2 au 27 mai 2017 – Garnier

Soirée Bertaud / Bouché / Paul / Valastro (créations)
C’était une des promesses de Benjamin Millepied, mettre en avant les jeunes chorégraphes de la maison. Si Nicolas Paul avait déjà eu l’occasion de créer un ballet pour la compagnie à savoir Répliques, Bruno Bouché, Simon Valastro et Sébastien Bertaud n’ont fait des essais chorégraphiques que dans le cas des soirées jeunes chorégraphes. On notera l’absence de Samuel Murez dans ces jeunes chorégraphes, Cette absence explique peut-être la virulente sortie de Josua Hoffalt envers son futur ex-directeur.
du 13 au 18 juin 2017 – Garnier

La Sylphide (Pierre Lacotte)
On retrouvera en fin de saison un des fleurons du répertoire romantique avec cette Sylphide qui permettra sans doute à la jeune génération de se confronter aux rôles de James et la Sylphide. Amandine Albisson devrait retrouver un rôle où elle avait énormément séduit.
du 1er au 16 juillet 2017 – Garnier

Millepied-Parreno (création) – ANNULE
Parallèlement à la Sylphide, Benjamin Millepied signera sa deuxième création de la saison avec un ballet soirée. Il alliera comme souvent arts plastiques et chorégraphie. On peut supposer qu’on ne verra plus d’oeuvres de Millepied avant un petit temps. Il avait été un temps évoqué le fait qu’il reste chorégraphe résident de la compagnie, mais cela n’est plus évoqué.
du 01 au 15 juillet 2017

La saison prochaine voit moins de soirées résolument contemporaines programmées, et plus de soirées où la pointe sera reine, mais il est évident que deux soirées purement classiques pour l’Opéra de Paris, ce n’est résolument pas assez. Et ce n’est pas ainsi que le niveau technique remontera. Certains déploreront le côté « américain » de cette programmation, mais bon si c’est pour voir encore et toujours les mêmes Roland Petit, les seuls Béjart encore autorisés à être dansés ou les mêmes Lifar, pourquoi pas ? Après tout, ça fait du bien de découvrir d’autres horizons et de ne pas tourner comme sous Brigitte Lefèvre avec les mêmes ballets.
Et puis revoir certains ballets de manière distante fait naître une envie de les redécouvrir alors que des reprises rapprochées font que ce sont toujours les mêmes danseurs qui monopolisent les rôles et empêchent la jeune génération d’y faire leurs débuts. On pourra regretter toutefois pour l’équilibre de la saison que ne figure pas une grande soirée narrative. Il avait été évoqué la saison passée la création d’un ballet de Wheeldon sur un roman de Zola ou encore une nouvelle création de Ratmansky sur un ballet oublié de Richard Strauss. Sera-ce partie remise ou oublié à tout jamais. L’avenir nous le dira.
Même si effectivement la saison semble pauvre sur le papier, elle réservera peut-être de bonnes surprises sur la scène.

Edit du 9 avril 2016
Finalement Benjamin Millepied a annoncé l’annulation de la création qu’il devait élaborer avec Phippe Parreno en fin de saison pour des raisons de divergences de localisation. Le chorégraphe français annonce retourner aux USA et donc ne pas pouvoir travailler régulièrement avec le plasticien resté en France. La soirée sera remplacée par une entrée contemporaine de plus au répertoire d’Anne-Teresa de Keersmaeker à savoir Drummlng. L’entrée au répertoire a-t’elle été avancée ? Il est évident qu’il était diffcile de programmer face à la Sylphide un autre grand classique ou un ballet narratif utilisant un grand corps de ballet, mais la saison se cloturera plutôt tristement.

Edit du 5 juin 2016
Après la soirée en collaboration avec Philippe Parreno, la création de Benjamin Millepied sur des musiques de Barbara est elle aussi annulée. La reprise de Leaves are fading d’Antony Tudor est supprimée tout simplement. La soirée est remplacée par une soirée Jiri Kylian qui verra la reprise de Bella Figura et l’entrée au répertoire d’une de ses oeuvres de jeunesse Symphonie des Psaumes et Tar and Feathers. Certains se réjouissent de cette soirée, personnellement j’ai toujours trouvé Kylian surestimé, même si ses oeuvres de jeunesse sont plus sympathiques que ses dernières créations. Quant à la haine que certains déversent sur Benjamin Millepied, elle me semble ne pas avoir lieu d’être. Il était logique qu’il retire ses créations vu qu’il a été rejeté par la troupe, enfin par ses étoiles et certains solistes ! Maintenant il est vrai que face au Lac des cygnes, il était difficile de faire entrer une oeuvre classique. Dommage toutefois que Leaves are fading ait été également supprimé de la soirée !

Deuxième et dernière saison pour Benjamin Millepied

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s